Iles Galapagos

Nous prenons le vol le 30 pour Quito, qui sera la seule ville que nous aurons vu de l’Equateur. Nous aurions volontiers vu plus que cette très belle ville, mais même en 1 année, il faut faire des choix, et lorsqu’un de nos rêve peut se réaliser…. Les choix sont vites faits .

                                                                                    

Nous consacrons bien entendu pas mal de temps à choisir une croisière. Les Galapagos étant un archipel avec beaucoup d’îles, il est impossible de tout voir (enfin, si en y restant longtemps, et en payant  très cher). Nous choisissons donc un bateau de taille moyenne et une croisière de 3 jours pour voir 5 îles différentes : ce que nous voulons absolument voir : les frégates et bien entendu, les fous de bassin à pattes bleus…. Possible ???

Les Galapagos :

1er juin :

Les Vagabundos arrivent à l’aéroport de Baltra, puis prenons 1 car, un bateau et un autre car, nous arrivons sur l’île principale, l’île de Santa Cruz et prenons vite nos quartiers dans un hôtel…et encore plus vite dehors pour notre première balade.

                                                                                    

Nous nous rendons au port, en croisant quelques iguanes, ici et là. Le Port ???? Déjà, une grosse baffe. En 1 minute :

-          Une raie tachetée en train de jouer avec une otarie

-          Une autre otarie, prenant son élan et sautant sur un bateau de pêche pour voler un poisson que se disputait 2 pélicans (eux n’ont rien compris…. Et nous on a été bluffé par le culot  de l’otarie)

-          Des dizaines d’iguanes marins

-          Des crabes rouges par centaines accrochés sur tous les rochers

-          …. On ne savait plus oú regarder







 

 Après quelques dizaines de minutes de délectation, nous nous rendons à la station internationale de Darwin pour y voir les tortues géantes. D’autres instants  inoubliables pour y admirer ces tortues extraordinaires. Les filles sont heureuses de pouvoir les admirer, tranquillement, sans avoir peur qu’elles se sauvent (les tortues…)

                                                      

2 juin :

Nous prenons place dans nos cabines. Il n’existe pas de cabine 4 places, donc votre narrateur partage sa cabine avec Lucie et Laure dormira avec Norah.

Le premier jour sera consacré à Santa Cruz, pour y voir des tortues en liberté cette fois et traverser une grotte de lave. Nous retournons au bateau en fin de journée pour avancer pendant la nuit vers la seconde île.

3 juin :

Le matin, nous nous réveillons (pour ceux qui ont dormi) proche de l’île Rabida ou nous irons nous promener. La terre y est rouge, les roches aussi et il y a des centaines d’Iguanes marins sur les rochers. Ils sont magnifiques et c’est l’immense avantage des Galapagos : impossible de ne rien voir…. La faune y est tellement dense et présente partout.

                                 

Après la première baignade, la première sortie en snorkling (masque et tuba). Bien entendu, seul 1 d’entre nous peut se faire se plaisir et l’autre reste avec les filles. Laure sera donc la première chanceuse…. Pour y découvrir pendant sa belle sortie : tortue de mer, poissons multicolores et otaries. Une superbe expérience.

Et votre narrateur avec nos 2 filles ?? Seuls sur la plage rouge, admirant les poissons  colorés, en se baignant profitant de chaque instant, quand soudain ….. Un bruit d’une otarie venant de 10 mètres devant  nous. L’otarie s’avance un peu vers nous et refait son cris ; nous sommes très près et fascinés par cette otarie juste devant nous. Nous sommes maintenant sur la plage, l’otarie continue son cris au plus bas de la plage ; puis un autre cri à notre droite ; un cri semblable mais plus aïgue provenant des rocher….puis…. un bébé otarie sort juste à côté de nous. EXTRAORDINAIRE… la maman était à la recherche de son bébé, les 2 se retrouvent et nous sommes là, seuls sur cette plage à admirer cette petite famille merveilleuse qui ira se cacher sous les rochers. En se penchant un peu, nous voyons très nettement le bébé otarie et les filles sont émerveillées.


Votre narrateur, s’essayera à faire le cri de l’otarie, forcement pas aussi bien fait que la maman car celle-ci ne répondra pas…. Mais le bébé oui tout surpris d’entendre mais de ne pas voir un autre congénère. A chaque cri, le bébé s’approche de nous…. Fait le sien, et attend…. Votre narrateur recommence jusqu’à ce que le bébé se retrouve à nos pieds pour voir qu’il s’est bien fait avoir… reste avec nous quelques précieuses minutes et repart, bien plus déçu que nous… Quelle matinée…


L’après-midi, nous allons sur une autre île, l’île de Bartolomé. Pour commencer, un petit tour en petit bateau pour aller au plus près de rochers et y admirer les crabes, des otaries, des manchots, des iguanes. Nous faisons des dizaines (centaines ??) de photos durant cette exploration. Les filles sont aussi heureuses que nous car nous ne savons plus où regarder. Les pingouins semblent apprécier notre compagnie, ou du moins y être habituée.

                           

Plus tard nous irons nous promener sur l’île volcanique sur un petit ponton aménager et y finir l’après-midi et découvrir un magnifique couché de soleil.

Le 4 juin, nous allons sur l’île de Genovesa. L’île aux oiseaux. Sur un petit chemin que nous ne devons pas quitter, nous voyons des centaines voire des milliers d’oiseaux extraordinaires. Frégates, avec leur cou gonflé rouge pour impressionner les femelles, les bobbies, fous à pattes bleus présents qu’aux  Galapagos, fous à pattes rouges, fous masqués…. Géniale. Ils n’ont absolument pas peur de nous, ils restent même sur le chemin. De nombreux iguanes sont là aussi pour agrémenter le côté sauvage…..

       

L’après midi ? Au tour de Marc de faire un petit snorkling …..

  ….   snorkling pour aller voir les requins, ces mêmes requins qu’on voyait depuis hier sous notre bateau…. 3 mètres pour la taille moyenne…. C’est au tour de votre narrateur.

On commence gentiment par faire trempette au milieu des poissons, puis les manchots se joignent à nous…. Dès qu’ils touchent l’eau, ce sont de vrais torpilles. Puis viennent les otaries, joueuses et intéressées par tout ce qui dépasse de notre équipement. Elles viennent très près, touchent nos masques de plongée, comme pour nous sentir. Géniale. Elles viennent vers nous à toute vitesse et nous évitent au dernier moment. Des moments magiques.

Mais pas de requin. Après 1 heure de snorkling, nous nageons en direction des bateaux puis retour. Puis, juste avant de remonter dans le grand bateau, des gens nous crient : les requins, les requins…ils sont justes là…. Et hop !! Tous à l’eau pour nager proche d’eux. Sensation assez bizarre entre excitation et appréhension. Juste en dessous de nous, ils nagent tranquillement  et nous on se laisse aller sans se douter…. Qu’on s’éloigne du bateau. Lorsque votre narrateur lève la tête de l’eau… le bateau se trouve à environ 50 mètres….seul…. et tout le monde qui crie….: un gros requin, un gros requin juste derrière toi !!!! En fait….. là, sans réussir à le voir mais le sachant tout près….. l’excitation disparue pour ne laisser que l’appréhension et le désir soudain de se savoir sur le bateau…. Votre narrateur n’aura jamais nagé un 50 mètres nage libre aussi rapidement….. ouf….    Quel début de journée ….

        

L’après-midi, nous allons de l’autre côté de l’île ou nous découvrons un baie avec une plage paradisiaque ou nous irons nous promener, nager et poser à côté d’autres otaries et des bébés… certainement la plage préférée des filles depuis le début de notre aventure.

        

Le 5 juin : l’île Seymour, l’île des fous à pattes bleu et des frégates entre autre. Encore une ballade extraordinaire au milieu de centaines d’oiseaux. Nous avons le droit à la danse romantique des fous  à pattes bleus et des dizaines de frégates avec le cou plus gonflé les uns que les autres….

                                

Parmi cette nouvelle promenade nous pouvons admirer des iguanes terrestres de près de 2 mètres…. Magnifique….puis retour bateau et retour sur Santa Cruz des étoiles plein les yeux !

Que ce fut splendide

Le 6 nous retournons sur Quito, puis Buenos Aires…… le 8….retour Paris…..

Quelle aventure…quelle aventure. Presqu’une année de bonheur intense en famille, à la découverte du monde où nous avons juste….pris le temps…. Qui passe si vite, nous avons vu nos filles grandir, … ces dernières lignes, ces dernières pages ont été très très difficiles à écrire. Car elles signifiaient la fin de notre aventure.

Votre narrateur aura mi 1 année à les écrire, à se décider enfin à mettre le point final. Impossible de ce dire « c’est la fin ». rentrée en fin juin 2011…et nous sommes en septembre 2012.

Alors pourquoi maintenant, pourquoi enfin ces quelques pages, après notre retour en Suisse ???? Nous sommes le 11 septembre…. Le 12, demain, nous partons à Montréal et avons décidé de voyager 1 année en Amérique du nord cette fois.

Vous revenez ??? Los Vagabundos reprend du service vers d’autres aventures

Comments