Ushuaïa

Ushuaia

Ushuaia, la terre des voyageurs. Si depuis Buenos Aires, nous n’avons pas croisé tant de voyageurs que ça….ici, il y en a énormément. Bien entendu tout le monde ne voyage pas en camping-car, mais quand même. Nous croisons des Suisses, des Français, des Allemands.

En arrivant, nous décidons d’aller en camping afin d’être tranquille et de bien profiter de la ville, et quelle ville !

Le premier aperçu et qu’on ne sait pas trop quel adjectif lui attribuer, avant de la trouver : Différente

Après on arrive à développer et à adorer.

En fait, c’est  une anarchie et un délire architectural, ou rien ne se ressemble, ou tout est mélangé. Mélanges des couleurs et des matières, maisons en bois, en taule, en pierre, avec des rues escarpées (on croyait que la cellule allait se détacher du véhicule), bordant le canal de Beagle et entourée de montagnes, la fin, la queue des Andes qui plongent dans l’atlantique, formant des fjordes, des îles et surtout un décors unique. L’arrivée la plus spectaculaire à Ushuaia doit se faire depuis  le large sans aucun doute.

L’atmosphère n’a pas son pareil non plus, les gens sont là pour la découverte et l’aventure. Se promener dans les rues commerçantes est fort sympathique. Bien entendu, on trouve tout à Ushuaia, il s’agit bien d’une grande ville et non d’un grand village.

Nous on adore ces maisons de pionniers, on aurait souhaité qu’il en aie bien plus, comme avant, avec ces couleurs vives et ce mélanges de tôle et de bois, mais le développement étant ce qu’il est, même à Ushuaia, il est passé par là.

Nous décidons de prendre notre temps pour bien découvrir cet endroit, et pour se reposer, pour aller au bord du canal, aller à l’hôpital…. À l’hôpital ???? Et oui, malheureusement si on prend le temps de se reposer c’est aussi par nécessité. Norah nous ayant refait une alerte, retour case hôpital, pour une pharyngite. Nous allons donc dans une clinique pédiatrique pour Norah 2 jours après notre arrivée car son état nous inquiète. Les services sont très bon, le diagnostique très rapide, et la femme médecin craquant certainement au charme voyage de votre narrateur (barbe de 2 semaines, pantalon de randonnée, pull en alpaga), celui-ci aura même droit à une bise de la doctoresse en partant (on a toujours pas compris, mais bon..).

Le lendemain, au tour de Laure de faire un petit tour dans les services hospitaliers pour une sinusite , après, repos pour tout le monde…

Parlons du temps d’Ushuaia, maintenant que tout le monde est guérit.

Ici il n’est pas rare qu’on vous dise qu’il y a les 4 saisons en 1 jour, est c’est tout à fait vrai. De brisque changement de température, un beau soleil, la pluie, puis les nuages se retirent si vite, qu’il pleut encore alors que le ciel est encore bleu…sans rire c’est étonnant, à se demander si ils font des prévisions météo, ou si c’est la même qui tourne en boucle sur TV Ushuaia depuis 20 ans : aujourd’hui, temps mitigé entre pluie, soleil, vent. Des giboulées de neige sont toujours possibles. Température entre 3 et 18 degrés…..

C’est ce qu’on a eu depuis notre arrivée ici, et on doit dire que voir le canal de Beagle, les montagnes autour avec un ciel super chargé et le soleil juste après la pluie, c’est extraordinaire même si aucun appareil photo ne peut vous le montrer.

Vous l’aurez compris, il est impossible de prévoir quelque chose, ou de se dire en se levant le matin : Ha cet après-midi, on va faire une sortie en mer….

Vous vous levez le matin avec le soleil, vous prenez le petit déjeuné sous la pluie, vous descendez en ville avec une éclaircie… le plus drôle est à venir ….. vous commencez à traverser la Rue San Martin sous le soleil, au milieu de la Rue il y a la pluie et vous entrez dans une boutique pour feindre votre intérêt quant à l’artisanat local, vous ressortez dès la fin de l’averse, et vous arrivez au bout de la rue avec le soleil…. Et vous avez mis et enlevé votre pull une quinzaine de fois….

Bref, nous voilà au camping en train de nous reposer, nous sommes à côté de 2 jeunes Suisses, Laurent et Olivia, de Bienne, nous avons sympathisé, il y a de fortes chances qu’on se recroisent durant notre voyage. Ils restent à Ushuaia quelques jours pour problèmes mécaniques et ils attendent une pièce pour réparer leur véhicule (on a tous nos petits problèmes, c’est une règle de base en voyage).

Nous passons quelques jours de repos bien mérité à nous promener ça et là, à jouer avec les filles  et sortir les cartes et les puzzles par temps de pluie.

Le 22 nous décidons de faire une sortie sur le canal de Beagle, le matin le temps est très mauvais, mais savons que tout change très vite ici. Nous choisissons notre bateau, ça sera le Baracuda, le premier bateau à avoir fait cette mini croisière il y a 60 ans. Nous préférons un bateau plus classique et pas trop moderne… bien que moins rapide (on a le temps). Notre choix sera payant, nous ne sommes que vingt à bord, alors que les autres bateaux  hyper  modernes  sont bondés…. En plus Lucie se fait une nouvelle copine, la fille du capitaine. On a bien essayé de lui demander son nom , mais à chaque fois elle nous dit « si » et après encore « si »…. Une copine à oui-oui.

La sortie dure 3 heures, et voir Ushuaia depuis le large est en effet magnifique, nous voyons différentes colonies de lions de mer et cormorans, votre narrateur ayant fait des faux frais en s’offrant un nouvel objectif pour son reflex….il se fait un grand plaisir à mitrailler.

1 heure après nous sommes enfin au clou de la visite… le phare d’Ushuaia. Ce phare à presque cent ans et quelle merveille. Depuis le large, les gros bateaux  le contournent à droite pour aller à Ushuaia, à gauche, pour aller en antarctique…. On adorerait prendre l’autre côté du phare, mais ça sera pour une autre aventure…

On rentre, tout le monde est ravi de sa sortie en mer.

Le 23 nous décidons d’aller au parc national de la terre de feu.

 

Du 23 au 30 novembre.

Nous voici aux portes de Noël, Noël  est dans un mois et un jour. Il faut reconnaître que si en Suisse, on ne risque pas d’oublier que Noël va arriver, les magasins étant déjà prêt à accueillir notre porte-monnaie en octobre, ici, nous nous en rendons moins compte. Bien entendu nous le savons et nos filles aussi….et sincèrement on a trop hâte de fêter Noël !

Nous avons déjà expliqué aux filles, cette année nous ne pensons pas avoir la visite du père Noël, mais il passera certainement la Nuit pour laisser les cadeaux tant espérés. Lucie et Norah ont donc déjà fait la lettre pour le Père Noël. Mais avant ça, il y aura l’anniversaire de Lucie. Depuis 2 semaines Lucie nous demande : Papa, c’est dans combien de jours mon anniversaire…

Nous voilà donc au portes de toutes ces fêtes, et aussi aux portes du parc de la Terre de feu ou nous pensons y passer 2 ou 3 jours. Nous arrivons à l’entrée un peu trop tard pour une marche, nous allons donc chercher une place pour passer la nuit. Dans le parc, il y a des campings gratuits (enfin…camping, des places pour y mettre les tentes et nos véhicules….ça nous convient très bien)

En arrivant à l’emplacement, il y a un autre camping-car, des Français. Nous nous parquons pour la nuit.

Votre narrateur se fait un plaisir d’aller faire connaissance. Ils s’appellent  Olivier et Fabienne et sont très sympas, 2 enfants, Avril 7 ans et Benoit 5 ans.

Lucie est super contente de voire des enfants et nous demande  de sortir, bien entendu nous acceptons.

Si la première rencontre entre 2 adultes est toujours très conventionnel…style : votre narrateur s’approche tranquillement (presque, avec un sourire et les bras écartés pour montrer que nous venons en paix...)

-          Bonjour

-          Bonjour

-          Je m’appelle Marc

-          Olivier, voici ma femme Fabienne

-          Vous êtes de ?

-          Toulouse, et vous

-          HA ! Toulouse, ville magnifique (ben oui dans le sens du poil pour se faire des nouveaux amis), nous on est de Châtel-st-Denis

-          …. Ect , ect….

La première rencontre des enfants est toujours plus directe, pas de politesse, et droit au but, style :

Lucie se dirige a  grandes enjambées vers les  enfants. Les enfants lèvent la tête et regarde Lucie approcher. Une fois que Lucie est à 2 mètres d’eux :

-          On joue a  1,2,3, soleil…et ils jouent…. Et adorent ça

Sincèrement, pourquoi on ne reste pas comme ça….

Pour vous dire que nous avons sympathisé, les enfants jouent bien ensemble et on pense les revoir.

Nous allons faire à manger car il est déjà tard et au lit….

Le matin, nous sommes super motivés pour  aller faire une marche, le soleil est de la partie et nous découvrons se superbe parc. Les filles marchent très bien (ou assez bien). La nature ici est magnifique et avons beaucoup de chance avec le temps.

Nous traversons des forêts (presque enchantées), a nouveau ces visons du styles Alaska ou Canada, ces montagnes qui sont partout autour de nous, ces oiseaux…. Bref faire des marches ici est un régal de détente.

Nous rentrons en début d’après-midi pour manger…. Et le soleil nous quitte, ouf nous sommes à l’abris dans notre camping-car. Ici on se fait surprendre très très vite. L’après-midi le temps est impossible et nous restons dans la casa roulante. En fin de journée nous rencontrons nos amis qui eux se sont fait surprendre par la pluie….

Nous passons une autre nuit sur le campement et le lendemain nous allons avec Fabienne, Olivier et les enfants faire une petite marche à la découverte des castors. Malheureusement le castor étant plus un animal nocturne, nous ne verrons que les barrages. Mais nous avons beaucoup aimés ces balades, ces rencontres, ses instants partagés.

Nous rentrons au camping l’après -midi et nos nouveaux amis  y seront aussi….pour la joie des enfants également.

Les prochains jours, jusqu’au 30 seront plus tranquilles. Nous les passons au camping, les enfants sont souvent ensemble, nous avec Fabienne et Olivier de temps en temps, avec nos autre amis Suisses Olivia et Laurent de Bienne, aussi. Franchement on prend le temps de vivre et c’est super…

Nous allons nous permettre de faire 2 petites parenthèse, par rapport a ces quelques jours :

-          La première, un des besoins primaires de l’homme : La bouffe (parlons cru)

Nous ne sommes pas partis depuis très longtemps, mais soyons sincères, des fois nous avons les mêmes discussions que dans Koh-Lanta… certains produits nous font très envie. Même si les produits sont bons ici, il n’y a pas le même choix que chez nous. Nous pensons à des fondues, des raclettes, des tartes aux pommes (que votre narrateur), des restaurants chinois ou nous avons nos petites habitudes…. Bref on se fait des envies.

Nous savons qu’ici à Ushuaia, il y a de bons restos, c’est décidé, on se lâche. Nous allons donc à la pêche aux infos pour trouver un bon coin pour les araignées de mer (pour laure). Laurent et Oliver nous parlent d’un resto… on va y aller.

Un restaurant chilien, au premier étage d’un bâtiment franchement qui ne paie pas de mine. Nous ne l’aurions jamais essayé…. Nous prenons 2 x l’araignée de mer (franchement même votre narrateur en avait l’eau à la bouche)…et là…. L’extase, une orgie de goûts oubliés (je sais, on ai pourtant pas partis longtemps), on place cette « bouffe » tout en haut ne notre top 10…. Tout simplement fantastique !

Le lendemain, on nous parle d’un restaurant « musée »… nous non plus on avait jamais entendu ce concept. Le patissier est français (je vous l’avais dit, on se lâche)

Un restaurant, avec une ambiance extraordinaire, avec des vieux objets partout, une brocante. Il y a de tout partout. Les tables ont un plateau en verre avec des vieux compas, des boussoles, divers objets sans pouvoir vous dire ce que c’est. Contre le mur, il y a des guitares, des vieux jouets en taule...une multitude de vieilles choses rendant l’endroit unique.

L’autre chose d’unique ? N’oubliez pas nous sommes dans la parenthèse « bouffe ». A l’entrèe, des viennoiseries, des pains au chocolat, des gâteaux, des pingouins en   meringues recouverts de chocolat… à la base on ne pensait pas manger ici, mais en 2 secondes nous changeons d’avis…. Ça sera, plat de charcuterie avec du fromage……OOOUUUUUUHHHHHAAAHAAAAOUUUU, mais ou trouvent-ils ces produits ?????  Nous nous sommes à nouveau régaler. 

Il est vrai que rien ne vaut de la bonne rosette avec un bon bout de fromage et du bon pain…. Obligé de prendre un verre de rouge.

Voilà pour la première parenthèse, la  seconde est « les rencontres »

Il est vrai qu’un voyage comme celui-ci est fait de rencontre. Est c’est tant mieux.

Les rencontres commencent bien avant le voyage, mais en le préparant. Nous avons déjà eu la chance de rencontrer Nicolas de Fennec concept…. Notre guide spirituel pour le véhicule. Un passionné de voyages, qui adore partager et encourager…qui connait tout de chez TOUT à propos des véhicules pour les voyages. Une personne très très disponible (on en a déjà un peu trop profité, navré Nicolas…)

Et il y a bien entendu les rencontres pendant le voyage, lorsque nous étions à Iguazu, nous avions rencontrés des gens merveilleux qui vivent à Cordoba (nous irons certainement faire un petit crochet de 600 km pour aller les voir), Matias et sa petite famille. Lucie se rappellera certainement très longtemps de son camarade de jeu Felipe, ne parlant que espagnol et Lucie français, se sont très bien entendu (vous vous rappelez 1,2,3 soleil…).

Nos nouveaux amis de Toulouse et ceux de Bienne. Nous espérons les revoir ici en amérique du Sud et de retour chez nous.

Hier nous avons eu aussi la chance de rencontrer des gens d’ici, Guillermo et Cecilia. Des amis de Matias de Cordoba. Attendons un colis, ils sont notre adresse de destination. Nous sommes donc allés chez eux afin de parfaire notre espagnol. Encore des gens magnifiques, avec qui nous avons enfin peu goûter le Maté (des mélanges d’herbe ou l’on y verse de l’eau chaude, pas trop chaude, et on y ajoute toujours de l’eau et on fait tourner….. mais non mamans ça ne se fume pas…) ici et en Uruguay, tout le monde boit le maté, à la pause, le soir…en fait tout le temps.

Nous avons aussi passé un très bon moment de détente avec des personnes super sympa… ça le fait de dire qu’on a des amis à Ushuaia…. !!!

On attend avec impatience nos prochaines rencontres…

Voilà pour les parenthèses…. Demain est un autre jour et nous allons quitter Ushuaia. C’est certain on s’en rappellera toujours.

Maintenant cape au nord, la route, on va y retourner et on aime ça. Maintenant les Andes ne vont plus nous quitter pour notre grande joie…. Argentine, Chili, Bolivie, Pérou, Equateur… on a tellement à découvrir et de gens à rencontrer….
 

Du 1er au 3 décembre, autour d’Ushuaia

Nous souhaitons partir, mais pas trop vite. Nous savons que nous ne reviendrons pas à Ushuaia de si tôt…

Nous allons un peu à  l’est d’Ushuaia, dans des estancia. Nous avons aussi besoin de nous retrouver un peu seul, sans tous ces voyageurs et touristes à la recherche de sensations, du mythe Ushuaia, ou de l’Antarctique. C’est certain, dans les Estancias ont sera seul sur la route ou presque.

Nous allons pour commencer dans l’estancia Umberton…. Un endroit très très isolé, ou le vent souffle en continu, d’une grande force et toujours  dans le même sens, à la vue des arbres qui poussent à 45 °, on comprend vite qu’il faut retenir sa portière en sortant du véhicule. Nous passons une journée dans le coin, la route est superbe et l’endroit semble n’avoir connu aucun changement ces cent dernières années….sauf l’Estancia est là pour nous rappeler qu’il y a des hommes qui y vivent. Si l’été (on vous rappelle que l’été va commencer ici) on peut y passer du bon temps à se promener, l’hiver doit être bien rude….

Nous passons la nuit dans un petit village de pêcheur, ou la tempête s’est à nouveau levée…et ici, pas d’endroit pour se cacher. Nous cherchons tant bien que mal un endroit pour atténuer le vent sur notre camping car.

Pendant la nuit, notre chauffage s’arrête, panne sèche de diesel (pourtant on pensait avoir vérifié), mais ayant 2 autres réservoirs, votre narrateur préféré s’est mis a démonter sa pompe de transfert de diesel à 4 heures du matin  afin d’y siphonner quelques litres de diesel et de remettre en route le chauffage….mais à 4 heures il faut déjà jour ici…Un peu de chaleur, ça fait de mal par ici.

Le matin, bien réveillé (sauf le siphonneur), nous souhaitons prendre une nouvelle route qui longe la mer. Cela devait être une jolie piste, sauf qu’après y avoir roulé plus d’une heure, nous nous retrouvons sur un terrain militaire avec une route sans issue…. On fait donc demi- tour…Si seulement ils avaient écrit quelque part que ce chemin menait à une base militaire…. Bref, on aime rouler donc on roule après un casse-croute, on refait la même route.

Nous décidons de repasser par Ushuaia, pour 2 raisons :

-          Revoir des amis rencontrés il y a quelques jours. Guillermo et Cecilia, des Argentins de Cordoba, qui vivent à Ushuaia

-          Se remanger une assiette de charcuterie….  Lorsque l’estomac décide de la route à notre place, on est prêt à faire de grands détours

Nous quitterons Ushuaia le 4 décembre sous la pluie… cette fois on y reviendra pas et le nord est à nous. Première étape : Le chili /Torres del Paine

 
Comments